Ebola : et si on se mettait à expliquer ?

L’ONG Translators Without Borders a mené dans le Nord-Kivu (RDC) une étude sur la communication sur Ebola dont les conclusions devraient servir de guide. Quelques extraits de son rapport.

« Les participants de cette étude ont expliqué que certains des mots liés à l’épidémie sont inacceptables sur le plan social et culturel. Ces mots sont perçus comme étant violents et offensants, surtout ceux associés à la mort. Par conséquent, beaucoup de gens rechignent à les employer. » Effectivement, il faut s’appuyer sur la culture en santé de la population pour trouver le langage approprié.

« Les messages actuels sur l’Ebola ne communiquent que des informations et des consignes de base. Ils ne fournissent pas les éléments nécessaires qui pourraient aider les gens à comprendre pourquoi et comment la prévention et le traitement d’Ebola fonctionnent. » Oui, il faut arrêter de prendre les gens pour des pions auxquels on donne des ordres assortis du minimum d’explication. Illettré ne veut pas dire stupide. Comme tous les êtres humains, les habitants du Nord-Kivu ont besoin de comprendre pour décider.

« Les participants de cette étude ont demandé que des informations complexes et transparentes leur soient communiquées dans une langue et un style qui leur sont familiers. Ils veulent des explications approfondies sur les derniers développements. Or il manque aux communicateurs en santé les outils de communication et la formation adaptés à ces développements, d’où la difficulté qu’ils ont à fournir des réponses à la fois claires et cohérentes. » Oui, il serait temps de doter les personnes en charge de la communication des outils nécessaires pour éduquer et sensibiliser. 1 milliard de dollars a été dépensé en 2018-2019 pour la lutte contre Ebola en RDC… mais quasiment rien pour éduquer la population. Evidemment, si on prend les gens pour des pions, les éduquer est inutile.

« Les communicateurs en santé locaux, qui sont conscients des sensibilités culturelles autour du langage et de la tenue vestimentaire, peuvent relayer les informations plus efficacement. » Oui, les Agents de Santé Communautaire, appelés Relais Communautaires sont les mieux placés pour communiquer ! Encore faut-il les former et leur donner les moyens de sensibiliser leur communauté…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s